Le climat: réchauffement climatique ou refroidissement climatique ?





=> Météo, l'influence des taches solaires, ( le 20-05-2021 )




  • Le 20 mai, les températures sont encore de 3 à 5 degrés au DESSOUS des normales saisonnières sur la plus grande partie de la France. Les apôtres du réchauffement climatique continuent à modifier leur discours: le " réchauffement climatique " se transforme et " changement climatique ". 

    Il est important de regarder ce qui se passe du coté des taches solaires car leur lien avec le climat est connu depuis très longtemps.

    L'institut américain NOAA a publié ses prédictions sur le nombre de taches solaires pour le cycle 25 [ 25e cycle de hausse et de baisse depuis 1749]:

    • les chiffres montrent un nombre de taches solaires encore en baisse par au cycle 24, qui était lui même en baisse par rapport au 23,
    • le cycle 25 part des années 2020 aux années 2040,
    • le pic du cycle 25 pourrait être le plus faible depuis 200 ans,
    • Au pic du cycle 19 [en 1957], on avait 339 taches solaires alors que l'on en prévoit environ 110 au pic du cycle 25.

    Certains météorologues avaient prévus cette baisse depuis longtemps. Ce sont bien sûr ceux qui contestent le rôle du CO2 dans le climat et mettent en avant le rôle des cycles solaires.

    Rappelons:

    • que le nombre de taches solaires est un signe du niveau de l'activité du soleil,
    • que le minimum de maunder [fin 17e siècle, de 1650 à 1700 environ] correspond à une période que l'on nomme le " petit age glaciaire " avec des températures vraiment très froides en France et dans le monde. Le nombre de taches solaires est alors proche de zéro pendant toute la période.
    • que certains météorologues attendent un nouveau minimum, peut-être pour le cycle 26 [ vers 2050 ].
  • lecoeur.com




=> Météo : Historique des températures à Paris ( le 20-05-2021 )




  • Malgré des variations, les températures baissent régulièrement jusqu'au minimum enregistré en 1889 puis augmentent régulièrement. Attention , il s'agit de la courbe de Paris uniquement. Des points d'inflexion peuvent être différents entre les lieux mais on n'a en général un changement de tendance dans la 2eme moitié du 19e siècle. 

    Le petit age glaciaire va d'environ 1600/1650 à environ 1850 . Mais ces dates sont discutées. 

    On note cependant une légère accélération de la hausse à partir de l'an 2 000 environ.

    On remarque que:

    • les évolutions paraissent très bien corrélées avec l'activité solaire mais il nous manque des relevées de température avant le minimum de Maunder pour en être certain.
    • les tendances sont lourdes et durables,
    • la progression des températures est continu et régulière depuis la fin de la petite période glaciaire.
    • L'augmentation des températures n'est pas récente et est régulière depuis la fin du petit age glaciaire.
    • il n'y a pas d'augmentation visible de l'écart des températures entre l'été et l'hiver.

    En Bref, l'augmentation des températures est obligatoire en sortant d'une (petite) période glaciaire, CO2 ou pas.

     

     

  • lecoeur.com




=> Météo (suite ) : les températures historiques en Angleterre ( le 21-05-2021 )




  • Il y a deux points bas:

    • en 1742,
    • en 1879.

    Les températures sont relativement stables jusqu'au 2e point bas de 1879, puis elle progresse. Les températures " basses " correspondent au petit âgé glaciaire. Avant les températures étaient probablement plus élevées. Comme pour Paris , il manque des relevés plus anciens pour confirmer l'hypothèse d'une période plus basse.

    La hausse est depuis assez régulière avec une petite inflexion à la hausse vers les années 70. Le climat de l'Angleterre est océanique ce qui influe sur les températures extrêmes qui sont atténuées, mais le Royaume-Uni est bien plus au nord que la France ( et que Paris ) avec pour conséquence un climat plus froid.

    En conclusion: la courbe ressemble à la courbe parisienne.

  • lecoeur.com




=> Un dernier exemple historique : les températures moyennes à Berlin depuis 1701 ( le 22-05-2021 )




  • Le climat de Berlin est sans doute plus continental que dans les deux précédents exemples. Le climat anglais est océanique et le climat de Paris subit des tendances océaniques. L'influence maritime a tendance à réduire les écarts de températures (au moins entre l'été et l'hiver).

    La courbe tendancielle des températures moyennes à Berlin subit des différences bien plus fortes. Pour faire simple: les températures montent bien plus même si la tendance générale reste la même:

      • l'inflexion à la hausse "moderne " est plus récent: vers 1900 / 1910,
      • on a toujours un plateau avant la hausse des années 1750 à 1900 environ,
      • on a par contre une hausse visible et marquée qui correspond à la sortie du minimum de Maunder.

     

  • lecoeur.com




=> Météo:Y-a-t-il un lien entre les températures et les taches solaires ? ( le 23-05-2021 )




  • Tandis que les médias officiels relayaient les théories du rôle du CO2  dans le réchauffement du climat, certains météorologues estimaient que les évolutions des températures étaient naturelles et provenaient de modifications de l'activité solaire.

    Je vous propose un graphique avec des moyennes mobiles afin de regarder les grandes tendances . On va plutôt regarder les températures historique de Berlin afin de minimiser les influences maritimes.

    Comme les variations des taches solaires sont plus importantes que les températures, les moyennes mobiles sont différentes ce qui peut provoquer des décalages (  la moyenne mobile des taches solaires sur 60 ans peut décaler les " pics " par rapport à celle sur 10 ans, cf en fin de chapitre).

    On constate:

    • des températures plus faibles lors du grand minimum solaire
    • puis à chaque fois une hausse forte,
    • puis à chaque fois une baisse plus faible
    • etc
    • les grandes variations des taches solaires se retrouvent dans les évolutions des températures mais avec bien sûr des amplitudes plus faibles.

    La possibilité d'une baisse des températures est réelle

    Comme on le voit sur le graphique ci-dessus, la possibilité d'une baisse des températures est réelle. Mais attention, la moyenne mobile des taches solaires est cconstruiteavec les prédictions des tach.es solaires du cycle 25. Les évolutions pourraient bien dépendre de l'ampleur réelle de ce cycle.

    Attention, la moyenne mobile peut décaler la courbe, par exemple, ci-dessous avec des moyennes mobiles sur des durées différentes:

     





=> Météo: l'hypothèse d'un nouveau minimum solaire ( le 24-05-2021 )




  • Le dernier grand minimum solaire était de 1645 à 1710, l'irradiation du soleil a alors baissé de 0,22% ce qui a conduit à une baisse des températures de la terre de 1 à 1,5 degré. Mais le refroidissement a été particulièrement fort en Europe où l'on a vu les glaciers alpins nettement progresser et les gelés particulièrement vives.

    L'hypothèse d'un nouveau minimum reste très hypothétique et ne serait que vers les années 2050 mais avec une baisse à partir des années 2020.

    La baisse du nombre de taches solaires en cours est bien réelle, surtout si les prédictions faites pour le cycle 25 se confirment.

    Le cycle solaire 25 vient de commencer et il serait le plus faible depuis au moins 200 ans. Il ressemblera au cycle solaire 5 ( pic en 1804 ). Mais le cycle 5 venait peu de temps après le minimum de Maunder et l'activité solaire est repartie à la hausse.

    Le cycle 26 pourrait donc être déterminant , s'il est à la hausse, s'il est à la baisse, ou s'il ... n'existe pas ...

    L'hypothèse d'un nouveau minimum et donc de l'entrée dans une nouvelle petite ère glaciaire repose sur l'hypothèse que le cycle 26 n'existera pas ou presque pas.

    Attention: le nouveau minimum, s'il existe, pourrait être moins marqué que celui de Maunder.

    Quel est le rôle dans tout d'un éventuel affaiblissement champ magnétique terrestre  ? Ce sera l'objet d'une prochaine série d'articles. La série sur la météo étant déjà bien longue, mais le sujet est passionnante ... et un peu inquiétant. 

     

     





=> Série Météo (fin): Et le CO2 alors ? ( le 25-05-2021 )




  • J'ai ajouté la courbe du taux de CO2 dans l'atmosphère en comparaison des deux courbes précédentes :

    • si on prend uniquement la période moderne, les courbes de températures et de C2 évoluent effectivement ensemble,
    • cependant si on prend la période complète, par contre, la corrélation Co2 / températures est loin d'être évidente.

===> Page suivante >>